Ginger

Ginger, e-TMS (troubles musculosquelettiques liés au travail sur écran

QVT : Tour du monde des pratiques bien-être en entreprise !

Augmentation du stress, explosion des burn-out, des risques psychosociaux et des troubles musculo-squelettiques… la santé mentale des collaborateurs est une préoccupation grandissante pour de nombreux employeurs partout dans le monde. Ancrées culturellement ou nouvelles expérimentations, les bonnes pratiques se multiplient ici et là pour préserver le bien-être des salariés. Petit tour d’horizon de quelques-unes d’entre elles, dans cet article.

QVT : Tour du monde des pratiques bien-être en entreprise !

Le droit à la déconnexion au Portugal

En dehors des heures de travail, les employeurs portugais ne peuvent pas contacter les salariés ni par mail, ni par téléphone. Le non-respect des horaires de travail est en effet désormais reconnu comme une infraction et est passible d’amende. Il est également interdit de surveiller informatiquement ou physiquement les personnes en télétravail.

Le Slow Management au Danemark

Par sa recherche constante d’orienter leurs décisions et leurs actions vers l’intérêt commun (loi de Jante), les danois ont développé des conditions permettant l’épanouissement du salarié à travers un nouveau type de management alliant gestion humaine et performance : le Slow Management.
Ce style intègre des préoccupations telles que le développement durable, l’éthique, la RSE et repose sur la cohésion d’ensemble, la communication et la réduction du stress.

La sieste en Chine

Instaurée en 1948, à l’époque de Mao Tsé Toung et la Chine pleinement communiste, la sieste au travail est une mesure figurant dans l’article 43 de la Constitution chinoise. Cet article proclame en effet que « les travailleurs de la République populaire de Chine ont droit au repos » et que « l’Etat accroît le nombre des installations pour le repos et le rétablissement des travailleurs ».

Le « niksen » aux Pays-Bas

Et si le bien-être au travail passait simplement par l’art de ne rien faire ? C’est en tout cas l’idée de la technique utilisée par les Néerlandais pour relâcher la pression au travail. Il s’agit de prendre un court instant dans la journée où on ne fait plus rien et où on ne pense plus à rien. Une pause totale de l’esprit et du corps qui permet de relâcher la pression et recharger les batteries.

Le baromètre de l’humeur au Brésil

Conscient que les salariés arrivent dans l’entreprise avec leurs préoccupations, de nombreux employeurs brésiliens ont mis en place un feu tricolores de l’humeur au travail. Ainsi, en arrivant au travail, chaque salarié renseigne son humeur :
– feu vert, s’il est plein d’entrain
– feu orange, s’il n’est pas très motivé
– feu rouge, s’il rencontre un problème
Les cadres et les responsables RH consultent ensuite les tableaux et reçoivent les salariés qui se seraient déclarés en « feu rouge » afin d’identifier s’ils peuvent les aider. Plus de 80% des salariés se déclarent dans cette situation au moins une fois par an.

Des journées de travail plus courtes en Suède

En Suède, des journées de travail de 6 heures ont été mises en place par certaines entreprises. Réduire son temps de travail et passer de 35/39h à 30 heures hebdomadaires permettrait d’améliorer la productivité des salariés. En cause, une meilleure concentration et un plus grand épanouissement professionnel.

Améliorez vos postures de travail :