Ginger

Ginger, e-TMS (troubles musculosquelettiques liés au travail sur écran

Douleurs cervicales : les autres dangers du smartphone

Le « text-neck », ou douleurs cervicales liée à l’utilisation intensive du smartphone est la nouvelle épidémie à la mode. Ce syndrome du « text-neck » se traduit par des douleurs au cou dues aux mauvaises positions de la tête lors de l’utilisation de nos smartphone. Qu’en est-il réellement ?

Douleurs cervicales : les autres dangers du smartphone. Le « text-neck », est la nouvelle épidémie à la mode. Mythe ou réalité ?

Le "text-neck" : les douleurs cervicales chroniques

Le « text-neck » résulterait d’une mauvaise inclinaison de la tête lors de l’utilisation des écrans, et des smartphones en particulier. Il se manifeste par des douleurs cervicales chroniques. En effet, lorsque l’écran n’est pas positionné à hauteur des yeux, l’utilisateur baisse la tête, le menton vers la poitrine, et le cou en flexion. Cette position maintenue sur une longue durée génère des douleurs.

Les douleurs du rachis cervical et du membre supérieur liées à l’utilisation du smartphone ont été théorisées par le Dr D. Fishman, chiropracteur, en 2009. Il décrit le « text neck » comme un syndrome de surutilisation pouvant provoquer des lésions permanentes du rachis cervical et des douleurs chroniques permanentes.

Ce trouble reste néanmoins controversé. Selon l’étude princeps de D. Fishman,  l’utilisation des smartphones entraînerait une augmentation de flexion de la tête et du cou (33–45°), et plus de fatigue des muscles superficiels (plus spécifiquement pendant l’écriture de messages et chez les hommes). Cependant, il n’existe à l’heure actuelle, aucune étude faisant un lien entre la posture utilisée lors de l’utilisation de smartphone et l’apparition de douleur.

text neck

Le "text-neck" : info ou intox ?

L’étude biomécanique utilisée comme modèle a de nombreuses limites. En effet, elle n’inclue pas de modélisation musculaire ni de notion de temps d’exposition. Or l’action musculaire (en particulier des fléchisseurs profonds) ainsi que la durée d’exposition semblent être déterminants.

De plus, les études sur l’utilisation des smartphones en lien avec la posture présentent des biais importants. En effet, la population étudiée n’est pas représentative (estudiantine et asiatique) et les durées d’utilisation ne correspondent pas aux observations réelles. Les données actuelles ne semblent donc pas démontrer que l’utilisation de smartphone perturbe la posture des utilisateurs en dehors des temps d’utilisation et soit à l’origine de douleurs. Pour autant l’hypothèse n’est pas à écarter.

Source : Science Direct, S. Akapo, T. Osinski, Le « text neck », un nouveau TMS : mythe ou réalité ?, 2017. Voir l’article complet